Site de l'université de Franche-Comté
Neurosciences
Anglais

APD: The Attachment Picture Database. Nouveaux stimuli pour la recherche affective


Les stimuli visuels évoquent un large éventail de réactions émotionnelles, variant en valence et en excitation, et par conséquent peuvent induire des affects agréables ou désagréables.
Lors de l'étude des processus de régulation émotionnelle, la sélection des stimuli visuels pertinents et contrôlés est une des tâches la plus importante. Dans les recherches portant sur les émotions, la théorie de l'attachement est liée à deux émotions spécifiques : la détresse et le réconfort. Elle  permet la compréhension des mécanismes de régulation émotionnelle et des interactions sociales. Le manque de stimuli visuels liés à l'attachement et l'intérêt croissant des études comportementales et en neuro-imagerie dans le domaine de la régulation émotionnelle, nous a conduit à la création et à la validation de la base d’images (APD). Cette nouvelle base d’images comprend 93 photographies, divisées en trois catégories émotionnelles : la détresse, le réconfort, la complicité, et une catégorie neutre. Les images de détresse, qui activent la stratégie d’attachement, comprennent des visages de bébés/ adolescents/ adultes en détresse, avec certaines scènes de perte et de séparation. Les images de réconfort, qui désactivent l’attachement, montrent notamment des scènes de parents réconfortant un enfant/adolescent. Les images de complicité, indirectement liés à l'attachement, affichent des interactions  entre des adolescents, des adultes ou des parents avec leurs enfants. Les images neutres, sans contexte émotionnel particulier, montrent des personnes (par exemple, des piétons), ce qui assure le caractère social de ces photos.

Validation

Un groupe de 140 adolescents a coté ces images selon l'approche dimensionnelle à l'aide d’échelles SAM (Self-Assessment Manikin) et selon la discrimination des émotions discrètes à l’aide d’échelles de type Likert. L’échelle SAM est liée à trois éléments: la valence, l'excitation émotionnelle (arousal) et la dominance. L’échelle de la valence allait de « heureux » jusqu’à malheureux, l'excitation de « excité » à « calme », et la dominance de « dominé » à « dominant ». L'approche discrète a permis d’évaluer des émotions suivantes: la détresse, la haine, l’horreur, le réconfort, la complicité et la joie.

RESULTATS

La distribution des images de l'APD montre une relation curviligne entre la valence et l'excitation semblable à celle obtenue pour l’IAPS. Les analyses de variance pour l'excitation (arousal) et les tests de Kruskal-Wallis pour la valence et la domination ont montré des effets importants entre les catégories. Par exemple, les images de complicité ou de réconfort étaient significativement plus plaisantes que les images de détresse et images neutres. L’intensité était significativement plus importante pour les images de complicité et de détresse. Cependant, la valence et la dominance n'étaient pas significativement différentes entre le réconfort et la complicité, tandis que l'excitation n'était pas significativement différente entre la détresse et la complicité.

Conclusion

Nous fournissons une base d’images à connotation émotionnelle qui permet aux chercheurs de choisir des stimuli visuels spécifiques pour étudier les processus émotionnels liés à l'attachement.
Merci de nous contacter pour de plus amples informations ()

Monika Szymanska, Julie Monnin, Nicolas Noiret, Grégory Tio, Eric Laurent, Sylvie Nezelof, Lauriane Vulliez-Coady. APD: the Attachment Picture Database - development and validation in adolescents. Soumis à Psychiatry Research.