Site de l'université de Franche-Comté
Neurosciences
Anglais

Régulations émotionnelles

Les possibilités de régulation émotionnelle chez l’homme sont un thème émergeant des neurosciences affectives. Elles sont d’un intérêt majeur en ce qui concerne des modifications de type life span (sujets jeune/âgés) et en ce qui concerne des dysfonctionnements thymiques. Nous étudions les odeurs (agréables, désagréables)  en tant qu’inducteurs d’émotions (JL Millot, P Andrieu). Il s’agit de savoir si la régulation peut-être plus ou moins efficace (indices psychophysiques et biopsychologiques : RED, ECG, EMG facial), en fonction du type d’odeurs (valence hédonique), de l’âge des sujets (biais de positivité attendus chez personnes âgés), du type de stratégie utilisée. Des études similaires sont en cours en IRMf pour préciser les circuits neuronaux mis en jeu (cortex préfrontal, système limbique). L’impact émotionnel des odeurs est également étudié chez des patients souffrant de dépression, la perception et les réactions émotionnelles étant comparées à celles induites par des images (IAPS). L’hypothèse retenue est une réaction émotionnelle différenciée en fonction de la modalité sensorielle sollicitée, du fait d’anomalies mono-aminergiques au niveau du cortex préfrontal chez ces patients, mettant en jeu les interactions avec l’amygdale. Nous travaillons enfin sur les liens entre âge, olfaction et comportement alimentaire et sur l’influence de facteurs cognitifs sur ces deux dernières fonctions (L Jacquot). Les études portent sur l’impact de messages (« labels ») relatifs aux qualités gustatives ou nutritionnelles de produits alimentaires sur la perception de la variété des arômes et le rassasiement.